Sariah'Lit



Sariah'Lit est un blog consacré à la littérature sous toutes ses formes. Je m'appelle Stéphanie. Vous trouverez sur ce blog mes avis littéraires concernant mes différentes lectures, mais également quelques concours que je propose occasionnellement.








Actuellement sur Instagram






Copyright © 2013-2017 - Sariah'lit, blog littéraire - Une pause lecture pour s'évader

Artères souterraines

8 juillet 2014

"Il nous faut quelqu'un qui soit heureux de patauger dans les étrons."

Ellis Warren
288 pages
Éditions Le Livre de Poche (2014)
Collection Policier/Thriller
Michael McGill, un détective privé à la dérive, est embauché pour retrouver une version de la Constitution des États-Unis comportant des amendements écrits à l'encre invisible. Depuis les années 50, le précieux document est passé de main en main en échange de services douteux. Pour un demi-million de dollars, McGill va entrer dans ce que l'Amérique a de plus fou, grotesque et déviant. Le premier roman de Warren Ellis, scénariste ayant travaillé sur les comics Fantastic Four et Iron Man, est mené tambour battant par la logique du pire. Il nous entraîne dans l'exploration transgressive d'un pays décadent, à l’aube de découvrir ce qui pourrait modifier son histoire…
Extrait :

« J’ai ouvert les yeux pour voir le rat pisser dans mon mug. Un énorme salopard marron, le corps comme un étron sur pattes et des petits yeux ronds pleins d’une sagesse secrète de rongeur. Avec un soupir hautain, il a sauté au bas de la table et s’est précipité dans le trou du mur où il avait passé les trois derniers mois à échafauder de nouvelles tactiques pour m’emmerder.
J’avais bien essayé de clouer une planche contre la plinthe, mais il l’avait rongée pour venir recracher les reliquats de bois humides dans mes chaussures. Après ce coup-là, j’avais trempé des appâts dans du coumaphène: le poison l’avait visiblement fait muter à un stade d’évolution supérieure et l’avait transformé en super-rat. Je l’avais atteint à l’oeil, une fois, d’un coup de crosse de flingue bien placé, mais il s’était relevé et avait chié sur mon téléphone. »

Mon avis :

Détective privé, Michael est ce qu'on appelle un chat noir : il attire les affaires délicates, insensées voire démentes. Il va de déconvenues en malchances dans ses enquêtes. Et c'est quelque peu névrosé qu'il accepte une affaire des plus étranges : retrouver un livre qui renfermerait une version perdue de la constitution des États-Unis. Cette quête va l'amener à faire de nouvelles rencontres, toutes plus farfelues les unes que les autres : des bodybuilders accrocs à la solution saline, un vieux tueur en série ou encore un jeune politicien qui part à la dérive entre drogue et peluche – une sacré peluche-.
C'est un récit vraiment étrange à lire, totalement déjanté et légèrement choquant. Michael est du genre cynique, blasé de toutes ces « expériences » dont l’infortune l'accoutume. Malgré lui, il ne cesse de se demander si c'est normal ou non de se retrouver toujours dans des situations rocambolesques : enquêter sur un mari infidèle et se retrouver au centre d'une orgie avec des autruches par exemple... Le personnage principal reste toutefois intéressant malgré les situations concupiscentes auxquelles il doit faire face chaque jour. L'auteur n'hésite pas à nous présenter de nombreuses dérives sexuelles au cour de l'intrigue dans un ton décalé. C'en est presque trop parfois pour ne pas devenir quelque peu dérangeant durant la lecture. Le tout avec une narration se rapprochant de celle des comics. J'oscille donc entre fascination d'avoir oser écrire un tel récit et répulsion tant l'intrigue est tout à fait hallucinante et inconvenante. J'avais pourtant déjà lu un écrit de Warren Ellis qui m'avait plutôt plu par son originalité. Mais, ici, je ne sais pas dans quelle direction tendre tant j'ai été surprise des deux cotés.






À propos de Sariah'Lit:

Stéphanie, férue de lecture et blogueuse depuis 2013. Elle ne passe pas une journée sans avoir un livre entre les mains pour s'évader.

Retrouvez-la sur : Facebook | Twitter | Instagram

LES MOTS DOUX :