Sariah'Lit



Sariah'Lit est un blog consacré à la littérature sous toutes ses formes. Je m'appelle Stéphanie. Vous trouverez sur ce blog mes avis littéraires concernant mes différentes lectures, mais également quelques concours que je propose occasionnellement.








Actuellement sur Instagram






Copyright © 2013-2017 - Sariah'lit, blog littéraire - Une pause lecture pour s'évader

Engrenage fatal

27 mars 2015

" Nous serons prêtes à affronter cela. "


Causse Astrid
406 pages (2015)
Serveuse dans un bar New Yorkais et fraîchement débarquée de France, les choses se passent pour le mieux. Des amis, des études de droit... jusqu'au jour où tout bascula: ma rencontre avec l'homme le plus influent du business New Yorkais. Mon idylle commença sur les chapeaux de roue. Je ne m'attendais pas à être propulsée malgré moi dans cette affaire, dans cet engrenage qui serait sûrement fatal autant pour lui que pour moi. Je m'appelle Amy, j'ai 20 ans et rien ne m'avait préparé à ce qui allait se produire.

Extrait :

« J'allais finir morte au milieu des toilettes sans que personne ne le sache. Il allait abuser de moi et me tuer sans aucun doute. Il dégrafa son pantalon et le baissa. Son ventre était disproportionné et flasque. La sueur dégoulinait de ce corps mou. Il jubilait tout en me forçant à cet acte alors que je n'étais nullement consentante. Il touchait tout mon corps de ses mains enflées et arracha ma jupe et mon boléro. J'étais désormais sans protection contre les attaques de cet homme. Mes hurlements redoublèrent d'intensité. La porte des toilettes s'ouvrit et quelqu'un entra. Mortensen lâcha son étreinte. La personne le souleva ce qui me permit de reprendre mon souffle. Je n'arrivais pas à voir de qui il s'agissait  ni à discerner les contours de celui qui était venu me sauver. Quelques secondes plus tard, je sentis Mortensen tomber à quelques centimètres de moi, terrassé par un coup de poing. Mes sens étaient en éveil. La moindre parcelle de mon corps me faisait terriblement souffrir si bien que je n'arrivais ni à bouger, ni à parler. La douleur qui transperçait mon corps de toute part avait voilé ma vue. Je sentis que quelqu'un me transportait à l'extérieur en me portant dans ses bras. »

Mon avis :

Serveuse dans un bar, Amy fait la connaissance de Jensen. Cette rencontre va la précipiter dans de nombreux événements qui vont bousculer sa vie. Amy ne va plus avoir de contrôle sur sa vie. Et perdre un à un les êtres qui lui sont proches. Entre meurtres, révélations et trahisons, Amy va se lier pour le meilleur et pour le pire à cet énigmatique Jensen.
L'intrigue d'Engrenage Fatal est en elle-même prometteuse : course poursuite, meurtre, histoire amoureuse... Mais sa mise en forme souffre de cette impression de brouillon qui nous tient tout au long de la lecture : le déroulement de la narration donne une sensation de saut ou de trou dans le récit. On a l'impression d'avoir passé des pages à certains moments alors que ce n'est pas le cas. Les repères incertains dans le temps m'ont plutôt déstabilisés, me poussant à revenir plusieurs fois en arrière pour vérifier que je ne sautais aucun passage. Le second point qui m'a le plus dérangé concerne les raisons évoquées pour justifier la colère de Michelle envers Amy, trop légère pour en être crédible au vu de tout ce qu'elle met en place pour se venger. Je pense que l'histoire mériterait quelques approfondissements tant au niveau de la psychologie des personnes – Amy ne me semble pas assez mûre et se pose trop de questions au lieu d'agir - que dans le récit – il y a trop d'actions qui se suivent sans laisser au lecteur le temps de souffler et d'ingérer ce qu'il a lu - pour laisser une place plus prépondérante au suspens et au sentiment de danger qui poursuit Amy.
De fait, je n'ai pas totalement apprécié ma lecture, ralentie par ces différentes maladresses.

★★☆☆☆






À propos de Sariah'Lit:

Stéphanie, férue de lecture et blogueuse depuis 2013. Elle ne passe pas une journée sans avoir un livre entre les mains pour s'évader.

Retrouvez-la sur : Facebook | Twitter | Instagram

LES MOTS DOUX :