Sariah'Lit



Sariah'Lit est un blog consacré à la littérature sous toutes ses formes. Je m'appelle Stéphanie. Vous trouverez sur ce blog mes avis littéraires concernant mes différentes lectures, mais également quelques concours que je propose occasionnellement.








Actuellement sur Instagram






Copyright © 2013-2017 - Sariah'lit, blog littéraire - Une pause lecture pour s'évader

Entre Ombre et Lumière

18 mars 2016

Sergeant Paul G.
236 pages
Chapitre.com (2014)
De tout temps, à tous les niveaux socioprofessionnels, l'homme ne vise qu'un seul but : celui d'être reconnu, considéré, respecté. Dans le monde de l'audiovisuel, et notamment dans le monde de la télévision, ce principe a du mal à se concrétiser ; car deux mondes s'affrontent, involontairement ou consciemment : le monde de ceux qui travaillent dans la lumière et celui de ceux qui travaillent dans l'ombre, le monde de ceux qui récoltent tous les avantages et privilèges et celui de ceux qui ne récupèrent que des miettes de la gloire ou pire encore mépris et déconsidération. Des techniciens, faisant partie des gens de l'ombre ayant longtemps évolué dans le monde télévisuel avec plus ou moins de succès, ressentent ce phénomène. Malgré leur expérience, ils sont toujours confrontés à cette lutte interne. Ils vivent ou subissent toujours rêves, désillusions, humiliations, stress, angoisse, aux dépens de leur vie privée et de leur épanouissement personnel. Certains acceptent cela sans réagir, d'autres le vivent mal. Dans ce monde replié sur son nombril, une série de crimes inexpliqués, car apparemment sans mobile, va être perpétrée. L'enquête, qui en découlera, va déterminer le lien entre tous ces crimes. Découvrirons-nous l'auteur de ces assassinats ?
Extrait :

« Là, ils ont dépassé les bornes ! Ils vont me payer ça, les salauds! J’ai avalé toutes leurs couleuvres durant des années, mais là,c’est trop ! Vous allez tous y passer mes bâtards, les uns après les autres. Vous, mes empêcheurs de carrière, vous les irresponsables qui se fondent dans le système du fonctionnariat débile : j’en fais le moins possible pour aller le plus loin possible. Vous, les professionnels des courbettes, de la brosse à reluire, n’ayant pas plus de couilles au cul qu’une compagnie d’eunuques ; vous allez tous bouffer les pissenlits par la racine plus vite et plus tôt que vous ne le pensiez. Ça, je vous le promets devant le Dieu de l’odieux visuel ! Je vous le promets ! »

Avis de Yolande :

Je viens de terminer ce thriller, j'ai découvert cet auteur mais je suis assez déçue par l'intrigue. Je n'ai rien à reprocher à l'écriture : cela se lit facilement. La première partie installe le décor et on fait connaissance avec les personnages, avec l'envers du décor de l'univers de la télévision. Ça c'est bien mais point trop n'en faut.
Un tueur en série sévit dans le milieu de la télévision. Quel lien peut relier trois producteurs de télévision, un responsable de production, une prostituée, un journaliste présentateur et un réalisateur à la retraite? C'est un passage de l'ouvrage que j'ai trouvé un peu long ...et j'attendais avec impatience que cela "bouge" un peu. Les personnages s'épient, se jalousent les uns les autres. On finit la première section sur l'extrait ci-dessus.
Ensuite, on entre dans le vif du sujet ...enfin "le thriller" proprement dit... Qui en veut autant à ces réalisateurs ? Et pourquoi ? Chacun surveille l'autre. Chacun se soupçonne. La police explore toutes les pistes, étudient chaque cas pour se retrouver sans rien de sûr. À mon avis, le suspense est trop vite levé. Dommage car j'ai comme l'impression d'un manque de quelque chose. J'ai été déçue par ce livre qui avec un petit "je ne sais quoi" aurait pu être un meilleur thriller. Pour moi, il ne sera pas dans mon top 10 ...

Chroniqué pour Sariah'lit dans le cadre du projet "A la découverte d'auteurs francophones".

À propos de Sariah'Lit:

Stéphanie, férue de lecture et blogueuse depuis 2013. Elle ne passe pas une journée sans avoir un livre entre les mains pour s'évader.

Retrouvez-la sur : Facebook | Twitter | Instagram

LES MOTS DOUX :

  1. Suis en partie d'accord, la preuve c'est que je ne suis pas arrivé à te faire comprendre les différentes professions mises en cause. Je n'ai pas su te faire appréhender l'activité de plusieurs personnages agissant à des postes différents dans ce milieu. Comme d'autres lecteurs, tu as ressenti cette première partie comme un peu longue, alors que je voulais dans cette partie plonger le lecteur dans ce monde particulier où le paraître a plus d'importance que le travail, entraînant de nombreuses humiliations plus ou moins importantes.
    Tu parles de trois producteurs or à la rigueur, il n'y en a que deux(la productrice et son animateur de " coup de cœur, coup de pouce"). Le réalisateur n'est pas à la retraite mais au chômage partiel, car dans ce monde de l'intermittence on subit des périodes fastes de travail et des périodes de chômage. Tu oublies les assistants réalisateurs qui visent le passage à l'échelon supérieur et un JRI (journaliste reportage d'images). les victimes ne sont pas toutes des réalisateurs. Tu as un chef d'atelier, une productrice, une prostituée sado maso, trois réalisateurs, un chargé de production à la retraite, un présentateur du JT de 20h. Si tout ça est confus dans ton esprit, c'est que je n'ai pas su rendre clair toutes les activités de mes personnages. A vouloir trop en dire, j'ai peut-être loupé l'essentiel.

    Un avant-propos, hors récit, pour définir chaque profession, leur apparition à chaque étape de la production, leur importance et leur relative interdépendance, serait sûrement utile, en n'oubliant pas de mettre en relief ceux qui sont dans la lumière et profitent d'avantages médiatiques et les autres, dans l'ombre, ne bénéficiant d'aucun privilège mais ne récoltant que déconsidération et humiliations gratuites.
    L'auteur de ce roman.

    RépondreSupprimer