Sariah'Lit



Sariah'Lit est un blog consacré à la littérature sous toutes ses formes. Je m'appelle Stéphanie. Vous trouverez sur ce blog mes avis littéraires concernant mes différentes lectures, mais également quelques concours que je propose occasionnellement.








Actuellement sur Instagram






Copyright © 2013-2017 - Sariah'lit, blog littéraire - Une pause lecture pour s'évader

Vampires d’une nuit de printemps

17 août 2016

"La durée qui a un commencement, mais pas de fin."

Vilore Lia
248 pages
Éditions du Petit Caveau (2016)
Collection sang neuf
Cher journal,
Désormais, mon nom est Fáil, Lía Fáil, et je suis un vampire.
Sans déconner ?
Punaise de pouvoir idiot, et tu réponds à l’écrit en prime !
Ben, depuis le temps, je sais que tu ne sais pas t’empêcher d’écrire tes tracas alors...
Ouais... pas faux...
Alors, vas-y, raconte...
En décembre dernier, je suis devenue un vrai vampire du genre « Kit complet sans les petits inconvénients ». Avec le sexy garde-du-corps écossais en prime.
Tu vas en faire des envieuses !
Ouais... surtout qu’à l’heure qu’il est, c’est le seul à ne pas vouloir ma tête pour un crime que je n’ai pas commis !
Qui est ?
Toute ma nouvelle famille m’accuse d’avoir assassiné notre Maître, celui qui m’a créée. Mais je te jure : j’ai rien fait !
Ça me rappelle quelque chose...
M’en parle pas !
Extrait :

« — Mes amis, au Sabbat de ce soir prend place l’Initiation de votre nouvelle sœur, commença mon ravisseur d’une voix forte et posée.
Chouette, de mieux en mieux. On se croirait au sein d’une secte satanique. J’vous préviens que si je dois réciter des psaumes idiots ou faire des trucs cochons, je décampe.
— La treizième ? Lía Fáil ! Nous étions très bien à nous douze, Maître ! s’écria une jeune femme au visage éclairé en contre-plongée par sa lampe torche.
Ou alors, je suis dans un camp de scouts enfuis d’un asile et tout ceci n’est qu’une histoire de fantômes totalement démente ?
Son visage couvert de cicatrices et sa voix rauque, tous deux clairement haineux, me firent – hélas ? – rejeter cette hypothèse. De plus, elle n’était pas seule à afficher cette expression d’animosité : ils étaient trois dans ce cas.
Je bats des records de vitesse quant à me coller un groupe à dos. Je m’épate tous les jours ! »

Mon avis :

Après un accident qui aurait dû lui coûter la vie, Lia Fail se réveille auprès d’un inconnu, un maître vampire présent sur les lieux qui décide de faire d’elle un membre de son convent. Ils se rendent à Los Angeles où vivent les autres membres de cette étrange famille auprès de qui elle va découvrir l’univers vampirique auquel elle appartient désormais. Mais la jeune femme va vite remarquer que sa venue n’est pas vue d’un bon oeil par la totalité du clan : sa place au sein du convent Órfhlaith est annonciatrice de mort sur l’ensemble du groupe, une situation passée venant appuyer les peurs des plus réticents. Pourtant, Lia ne semble pas s’en soucier davantage, surtout lorsqu’on lui assigne un grand viking assez séduisant et protecteur comme compagnon. La présence de Lia va amener de nombreux changements dans la vie de ses nouveaux compagnons, dont l’un des plus importants est la mort de Maximilian, le Maître.
Vampires d’une nuit de printemps ne ressemble à aucun titre bit-lit que j’ai lu jusqu’ici : je le qualifierais plus de récit policier fantastique humoristique. Le style de l’auteure que je découvre avec ce récit est très naturel : elle parvient à allier un humour familier à une intrigue vampirique avec facilité. L’héroïne apparaît plus accessible alors qu’elle s’engage dans chaque situation, chaque événement avec une certaine ironie. J’ai apprécié découvrir l’histoire de Lia : elle m’a fait rire et j’avais envie d’en apprendre davantage à son sujet. Amaël est aussi un personnage intéressant avec sa carrure, son côté sauvage tout en étant également très respectueux des conventions et des règles. L’auteure nous offre, à côté, un panel de personnages secondaires aux personnalités bien distinctes qui viennent évoluer autour de nos deux principaux protagonistes. L’ensemble du récit est ponctué de références cinématographiques et littéraires parfaitement amenées qui donnent le ton dès l’ouverture de chaque chapitre, ce que j’ai apprécié. Dans l’ensemble, ce fut une lecture qui m’a séduite, même si le récit souffre de quelques maladresses. On ne s’ennuie pas durant notre lecture alors que les rebondissements sont relativement peu nombreux. Je lirai avec plaisir la suite pour voir la manière dont l’auteure compte faire évoluer notre couple.

★★★☆☆



Jeune auteur, Lia Vilorë a quelques nouvelles éditées au sein de webzines et d’anthologies. Après avoir obtenu un BAC L et une LLCE japonais, elle poursuit ses études en prépa artistique à l’ECV. Elle travaille en bénévole comme correctrice et membre du comité de lecture des Éditions du Petit Caveau.http://liavilore.fr/




À propos de Sariah'Lit:

Stéphanie, férue de lecture et blogueuse depuis 2013. Elle ne passe pas une journée sans avoir un livre entre les mains pour s'évader.
Retrouvez-la sur : Facebook | Twitter | Instagram

LES MOTS DOUX :

  1. Un roman qui m'a l'air pas mal, merci pour la découverte :D

    RépondreSupprimer
  2. Une très belle chronique pour un roman qui m'intrigue.

    RépondreSupprimer