Sariah'Lit



Sariah'Lit est un blog consacré à la littérature sous toutes ses formes. Je m'appelle Stéphanie. Vous trouverez sur ce blog mes avis littéraires concernant mes différentes lectures, mais également quelques concours que je propose occasionnellement.








Actuellement sur Instagram






Copyright © 2013-2017 - Sariah'lit, blog littéraire - Une pause lecture pour s'évader

Bratva - Larme bleue

11 avril 2017

"Je suis une tueuse.
Je suis une droguée.
Je suis un monstre.
Je le vis bien."

D'Ombremont Manon Elisabeth
168 pages
Éditions Sharon Kena (2017)
Collection Dark Romance
Rayna est l’ombre du cartel Aslanov. Elle est celle qui exécute les traîtres, les balances, celle qui répand la terreur chez leurs ennemis par ses œuvres macabres. Pour elle, la mort est un art et les cadavres, une matière première indispensable. Rayna est un monstre, et elle le vit bien.
Eleyna est la fille unique de Vassily Aslanov. Élevée dans un monde violent, ses valeurs morales sont viciées, mais pas autant qu'elle l'aimerait. Rayna la fascine et la dégoûte à la fois. Ou plutôt : elle l'obsède et a désespérément besoin d’elle. Le problème, c'est que la tueuse ne se laisse pas approcher facilement, et Eleyna va devoir employer les grands moyens pour parvenir à ses fins...
Extrait :

« Je suis bien meilleure depuis que je connais le corps humain par cœur, ainsi que les procédures pour le soigner.
Je les vicie, pour mieux le détruire.
Je commence par utiliser une pince, pour lui garder l’œil ouvert. Valentyna est encore tellement dans le gaz qu’elle ne proteste même pas. J’insère les parties métalliques au-dessus et en dessous de son œil, ce qui cause une sensation désagréable. Elle gémit, mais quand elle me voit approcher avec les ciseaux chirurgicaux, quelque chose en elle se rebelle. Elle veut bouger, mais sa tête est bloquée par des liens en acier.
— Chuuuut. Si tu bouges, je risque de déraper. Tu n’as pas envie que je dérape, n’est-ce pas ? je lui demande, doucereuse. »

Mon avis :

Rayna n’a en elle plus aucune caractéristique qui définit la nature humaine : aucune compassion, aucune morale, aucun sentiment envers les autres hormis l'excitation qu’elle éprouve en éviscérant ses proies. C’est une machine à tuer modelée par Vassily Aslanov, la patron d’un vaste cartel de la mafia, qui aime exhiber les exploits de sa création dans des spectacles. Après l’une de ses représentations, Rayna tombe sur Eleyna, la fille de Vassily, qui se fait agresser et intervient en tuant les assaillants appartenant au clan Matven, leur ennemi. Dès lors, Elenya tente de se rapprocher de Rayna et lui demande de l'initier à son monde. Mais Rayna travaille toujours seule et bouleverser ses habitudes, ses obsessions n’est pas chose aisée. Mais lorsque le clan Matven décide de riposter, déclenchant par la même une guerre entre les deux clans, Rayna n’a plus vraiment le choix.
Bratva est un récit surprenant et totalement déroutant dont il est difficile d’exprimer les sentiments qu’il nous fait ressentir. L’auteure nous embarque dans un univers sombre, rempli de sang et de cruauté. Rayna est une tueuse impitoyable, qui éprouve du plaisir à égorger, à éventrer, à faire couler le sang. C’est déconcertant. Elle utilise ce moyen pour apaiser ses troubles du sommeil lorsque les drogues n'interviennent pas pour la déconnecter du monde réel. C’est une personnalité difficile à comprendre, donner la mort est son mode d’existence et rien ne semble la toucher, mise à part l’attention que pourrait lui porter Vassily, son maître. À de nombreuses reprises, j’ai totalement oublié qu’il s’agissait d’une femme, et non d’un homme, tant sa cruauté est effrayante et impensable venant d’une personne féminine. La lecture de ses crimes laisse une sensation bizarre, désagréable et extrêmement gênante. Pourtant, on ne peut s’empêcher de poursuivre notre découverte, en espérant qu’Elenya fasse surgir une part d’humanité en Rayna. L'histoire se focalise avant tout sur la relation naissante entre Rayna et Eleyna, sur l’introspection de Rayna plutôt que sur les dessous du cartel. Mais il ne s’agit pas non plus d’une romance ordinaire. Autant dire que ma lecture, certes troublante par son aspect sanglant, n’en est pas moins intéressante et totalement osée. À découvrir pour un public adulte.

★★★☆☆



Auteure, rôliste, Manon Elisabeth d'Ombremont est passionnée de mangas et de littérature imaginaire. http://dombremont.com/




À propos de Sariah'Lit:

Stéphanie, férue de lecture et blogueuse depuis 2013. Elle ne passe pas une journée sans avoir un livre entre les mains pour s'évader.

Retrouvez-la sur : Facebook | Twitter | Instagram

LES MOTS DOUX :

  1. Bonjour,

    Je participe avec un grand plaisir à ce concours. Salutations.

    RépondreSupprimer