Sariah'Lit

La malédiction de la zone de confort

3 février 2018

"Lui n’avait jamais peur de rien.
Il affrontait la vie sans anesthésie."

Lévy Marianne
398 pages
Éditions Pygmalion (2017)
Hors collection - Romans
Rose a (presque) tout pour être heureuse.
Après 763 auditions infructueuses elle a enfin décroché son premier grand rôle dans la série télé de l’année. Elle peut compter sur le soutien d’une joyeuse bande et d’un fiancé imaginaire avec qui elle assure vivre, enfin, une relation équilibrée. Son unique manque ? Un précieux recueil de poésie médiévale dont elle a besoin pour calmer son émotivité pathologique.
Ben n’a (presque) rien pour être heureux.
En panne d’émotions, le scénariste et auteur de polars n’arrive plus à écrire une ligne. Il se noie dans un quotidien sinistre qu’il dissimule mal à ses deux seuls amis. Son unique réconfort ? Les mails hystériques d’une dingue qui lui réclame un bouquin comme une naufragée, une bouée au milieu du Pacifique.
Ils étaient faits pour ne PAS se rencontrer.
Probabilité qu’ils vivent un jour heureux ensemble : nulle.
Probabilité qu’une probabilité soit fausse : non négligeable.
Et si la vie déjouait les algorithmes ?
Extrait :

« Tétanisée à l’idée de ce qui allait suivre, je m’étais réfugiée dans mon monde intérieur. Un paradis où tout est possible. Surtout ce qui ne l’est plus dans le monde d’aujourd’hui. Espérer rencontrer l’amour sans vivre à mi-temps sur Tinder. Renoncer au principe même du rendez-vous express. Refuser le j’aime/j’aime pas en trois secondes. M’épargner le j’aime pas finalement du lendemain matin. Me téléporter au XIIe siècle pour goûter les joies de l’amour courtois. Avoir le plaisir de résister à un poète et l’obliger à cogiter comme un dingue pour me convaincre de lui céder. Vivre d’amour, de San Pellegrino et, toute médaille ayant son revers, de sanglier. »

Mon avis :

La malédiction de la zone de confort est un ouvrage que j’ai voulu immédiatement parcourir en découvrant son titre et sa couverture. Et, je dois dire que je n’ai pas été déçue de me plonger dans cette lecture : un récit frais et entraînant qui ne peut que nous faire passer un agréable moment. Rose et Ben vont devoir s’affranchir de leurs peurs, de leurs habitudes pour se donner les moyens d’avancer et s’approcher du bonheur.

Rose Simon est une jeune femme faisant ses débuts d’actrice en quête du rôle de sa vie, celui qui fera enfin décoller sa carrière et fera taire les mauvaises langues à son sujet. Après de nombres auditions infructueuses, elle est enfin engagée pour tenir un second rôle dans une nouvelle série attendue, le JT, et qui défraie déjà la chronique avant même son tournage. Mais, les choses prennent une tournure inattendue lorsqu’elle découvre que l’un des personnages clés de la série doit mourir. Avec la malchance qui la poursuit, Rose est consciente d’être celle qu’on ne gardera pas. Et pour se préparer à une énième déception, elle aimerait se plonger dans Le Néant et la Joie de Guillaume IX d’Aquitaine, un recueil de poèmes de son fiancé fictif. Cependant, l’ouvrage a déjà été emprunté.

Benjamin Duval est un auteur-scénariste traversant une période difficile : celle de la page blanche. En grand adepte de polar et des films de Sergio Leone, il tente de retrouver l’inspiration dans la plume du plus célèbre des troubadours. Cependant, rien ne parvient à l’éveiller, même lorsque son ami sollicite son aide pour réécrire le script d’une série qu’il souhaite produire. Seuls ses échanges houleux avec une certaine Pink qui n’a de cesse de lui réclamer le recueil parviennent à attirer son attention. Il envisage alors de la rencontrer, espérant ainsi raviver sa passion et son imagination.

Marianne Levy nous offre une lecture feel-good convaincante, une comédie drôle et légère que j’ai pris plaisir à parcourir. Nos deux protagonistes, Ben et Rose, sont très attachants chacun à leur manière. J’ai aimé le côté farfelue de Rose, son engouement pour les comédies romantiques et son amour pour Guillaume. J’ai aimé la mélancolie de Ben, sa façon de mépriser la romance dans toutes ses formes mais, également sa volonté à s’ouvrir à de nouvelles perspectives pour retrouver son inspiration et ses émotions. Cette notion de “zone de confort” est, pour moi, très bien abordée par l’auteure. Ben et Rose vont prendre des risques, devoir assumer le regard des autres pour mieux prendre confiance en eux et vivre pleinement. Ce que j’ai apprécié également dans cette lecture est que le récit se déroule dans un milieu que l’on côtoie peu dans les ouvrages : les coulisses de la télévision. On sent que l’auteure connaît cet univers dans la manière dont elle présente son histoire, dans les détails techniques qu’elle nous fournit.

En bref, une jolie comédie romantique avec une écriture maîtrisée qui nous emmène dans une histoire fraîche et amusante, une ode à l’amour en compagnie de personnages fascinants.

★★★★☆

Stéphanie

Du même auteure :

Marianne Levy est un auteur hybride. Après des années passées à couvrir des événements sportifs majeurs pour plusieurs quotidiens nationaux, elle a bifurqué vers les coulisses de la télé. https://mariannelevy.co/




À propos de Sariah'Lit:

Stéphanie, férue de lecture et blogueuse depuis 2013. Elle ne passe pas une journée sans avoir un livre entre les mains pour s'évader.

Retrouvez-la sur : Facebook | Twitter | Instagram





LES MOTS DOUX :

  1. Bonjour à tous :) Je vous retrouve avec une nouvelle chronique. Il s'agit de "L'aube sera grandiose" de Anne-Laure Bondoux chez Gallimard Jeunesse :




    - http://tinkerbells-readings.blogspot.fr/2018/02/laube-sera-grandiose-de-anne-laure.html


    Bonne lecture,


    Bisous,


    Tinkerbell.

    RépondreSupprimer