Sariah'Lit

Un goût d’Angleterre

9 janvier 2018

"Sa façon de la protéger était la preuve ultime de sa trahison."

Charles KJ
300 pages
Éditions MxM Bookmark (2017)
Collection romance
Angleterre, 1904. Deux ans plus tôt, le capitaine Archie Curtis a perdu ses amis, ses doigts, et son avenir dans un terrible accident militaire. Seul, sans but et plein de colère, il est déterminé à découvrir si ses camarades et lui ont été les victimes du destin ou d’un sabotage.
Ses recherches le conduisent à une maison de campagne ultra-moderne et isolée, où il rencontrer un autre visiteur, Daniel da Silva, à qui il s’oppose immédiatement. Faible, décadent, étranger, et bien trop visiblement homosexuel, le poète raffiné représente tout ce dont l’officier britannique franc et droit se méfier et craint.
Au fil des événements, Curtis se rend compte que Daniel détient ses propres intentions secrètes. Ce n’est d’ailleurs pas la seule chose qu’ils ont en commun : la tension sexuelle monte crescendo et le laisse pantois.
Mais alors que les masques des habitants tombent, révélant perfidie, chantage et meurtre, Curtis découvre qu’il a besoin de Daniel comme jamais il n’a eu besoin d’un homme avant ça…
Extrait :

« -J’espère que votre séjour ici sera si agréable que vous les encouragerez à venir nous rendre visite. Comment allez-vous, cher ami ? J’étais vraiment désolé d’apprendre pour votre blessure.
Ce n’étaient pas des platitudes. Au contraire, les yeux de Sir Hubert étaient emplis d’inquiétude.
-C’était une sale affaire et une terrible erreur. Cela n’aurait jamais dû vous arriver.
Lady Armstrong les interrompit avec un rire éclatant.
-Mon cher, Mr Curtis vient de faire un long et pénible voyage. Nous dînons dans une heure. Wesley va vous accompagner en haut. Dans l’aile est, Wesley, dit-elle à un domestique bien bâti qui portait une livrée aux couleurs de Peakholme, soit vert foncé.
Curtis suivit cet homme dans le vaste escalier. Il s’appuya légèrement sur la rambarde et admira la maison tout en montant. Sir Hubert, un riche industriel, avait fait construire cette bâtisse avec des demandes précises quinze ans auparavant. À l’époque, elle était considérée comme résolument moderne car équipée des dernières innovations. Elle disposait ainsi de l’eau courante dans toutes les salles de bains, était chauffée par des radiateurs et éclairée grâce à l’électricité fournie par son propre générateur hydroélectrique. Ces petits luxes étaient devenus monnaie courante dans les hôtels londoniens. En revanche, le fait de les trouver dans une propriété privée si isolée était une surprise. »

Mon avis :

K. J. Charles nous offre une romance historique M/M quelque peu inhabituelle à parcourir en se situant dans une époque qui se rapproche peu à peu de la modernité avec des caméras, des ampoules ou l’arrivée du téléphone dans les logements. Mais, l’histoire garde aussi des éléments plus traditionnels tels que les parties de campagne, les chaperons pour les jeunes filles non mariées ou une vision plutôt négative des relations entre hommes….

Archie Curtis est un gentleman anglais d’origine viking, un ancien soldat et héros de guerre qui a passé des années à vivre une existence régie pas les règles édictées par la bonne société et la discipline de l’armée. C’est un homme droit, simple et courageux qui ne supporte pas l’inaction que lui impose sa condition physique récente : une main droite en partie arrachée et une jambe blessée. Curtis s’invite dans la campagne anglaise, dans une demeure familiale dans laquelle il souhaite secrètement enquêter, soupçonnant son hôte d’avoir saboté une série d’armes qui ont tué et blessé de nombreux compagnons de guerre, dont lui-même.

Daniel Da Silva est, de son côté, un poète désinvolte, un esthète féminisé et pacifique qui joue des mots et de son esprit mordant pour attirer l’attention. Autour de lui, les dames le trouvent amusant et rafraîchissant tandis que les hommes le considèrent immédiatement comme un mignon sans intérêt. Son ethnie, sa religion, sa classe ont toujours sont souvent la cause d’idées reçues. Mais, il ne se préoccupe pas de ce que les gens pensent de lui, en jouant de ces préjugés pour son profit. Cette liberté d’action lui permet ainsi d’agir sans attirer l’attention, surtout lorsqu’il s’agit de s'immiscer dans une pièce pour l’explorer à l’insu des propriétaires.

K. J. Charles nous offre une romance historique plutôt réussie. Il y a de nombreux accrochages entre Archie et Daniel. On est parfois amené à s’interroger sur la solidité du lien qui se construit entre eux alors que le rapprochement se fait dans une situation inhabituelle. J’ai aimé la dynamique qui s’installe entre eux. L’histoire est uniquement racontée du point de vie d’Archie. Nous découvrons ainsi les pensées qui l’agitent alors qu’il se rapproche peu à peu de Daniel. Malgré une existence passée en compagnie d’hommes, Archie n’a jamais considéré avoir des penchants pour eux. Il vient à s’interroger sur sa sexualité, sur la vie qu’il mène… À côté de cette chimie, il y a de l’espionnage, des complots qui animent l’intrigue. L’ensemble est agréable à parcourir. J’ai autant aimé la romance que les péripéties et le suspense autour de l’enquête. On se laisse porter par l’histoire facilement et, c’est un régal à lire. Un titre que je conseille.

★★★★☆

Stéphanie

Du même auteure :

KJ Charles vit à Londres avec son mari, ses enfants et ses chats. Elle est éditrice de métier et écrivaine par passion. http://kjcharleswriter.com/




À propos de Sariah'Lit:

Stéphanie, férue de lecture et blogueuse depuis 2013. Elle ne passe pas une journée sans avoir un livre entre les mains pour s'évader.

Retrouvez-la sur : Facebook | Twitter | Instagram





ENVOYER UN MOT DOUX